Guest  

 
Search: 
Search By: SubjectAbstractAuthorTitleFull-Text

 

Showing 1 through 1 of 1 records.
2009 - SASE Annual Conference Words: 198 words || 
Info
1. Thierry, Amougou. "Asymétries d’informations ex ante, asymétries d’information ex post et préférence pour la liquidité : Quelques enseignements théoriques de la crise des subprimes" Paper presented at the annual meeting of the SASE Annual Conference, Sciences Po, Paris, France, Jul 16, 2009 <Not Available>. 2019-10-14 <http://citation.allacademic.com/meta/p307130_index.html>
Publication Type: Conference Paper/Unpublished Manuscript
Review Method: Peer Reviewed
Abstract: La théorie économique sur l’intermédiation financière soutient que les banques existent parce qu’elles ont un avantage comparatif dans la production et la gestion de l’information dans un environnement socioéconomique où prévaut l’incertitude. Elles arriveraient, grâce à cet avantage comparatif, à séparer non seulement les mauvais clients des bons, mais aussi les mauvais projets des bons. Autrement dit, les banques réussissent à limiter drastiquement des situations de sélection adverse (asymétries ex ante) et d’aléa moral (asymétries ex post) qui sont source d’octroi de crédit à des clients ayant un fort risque de défaut, et de financement des projets extrêmement risqués.

Etant donné que la crise des subprimes prouve que les banques américaines avaient la bonne information sur les capacité de remboursement des ménages qui ont eu droit aux crédits immobiliers, nous voulons montrer ce que cela implique dans la conception théorique des banques comme des agences réalisant des économies d’échelles dans la collecte et la gestion des informations relatives aux clients et aux projets. Les banques ont par ailleurs, après avoir reçu les fonds publics, montré une grande préférence pour la liquidité. Qu’est-ce que cela implique dans leur rôle schumpétérien de soutien de l’investissement ?


©2019 All Academic, Inc.   |   All Academic Privacy Policy